Accueil / Univers / Savoir-faire

Un savoir faire
qui puise son origine dans la tradition française

savoir faire

C’est à Paris qu’Aurélie Bidermann a établi son studio de création. Paris, la ville de son enfance. Paris, la ville-lumière, la ville-temps, source constante d’inspiration pour l’artiste. Aurélie Bidermann, la voyageuse, a trouvé un pied-à-terre à son image, capable de lui procurer l’émotion indispensable à sa créativité et un savoir-faire français unique à ce jour. Eprise d’excellence, elle confie ses créations délicates à des mains expertes. Les meilleurs artisans de la capitale : joailliers, doreurs, graveurs, sertisseurs hors-pairs, de réputation internationale, collaborent à la conception et à la fabrication de ses pièces. Depuis des siècles, les ateliers parisiens gardent jalousement les secrets d’une tradition enviée de par le monde. Un savoir-faire séculaire, mis aujourd’hui au service des bijoux d’Aurélie Bidermann dont la symbolique et la facture ornementée nécessitent une finition irréprochable. Faits mains, les bagues, colliers et bracelets, sertis de pierres ou ciselés à l’or fin, se déclinent en séries ou en modèles uniques, personnalisés sur commande. Le vermeil, l’argent massif, l’or sont travaillés dans le respect d’un artisanat patrimonial mais ouvert à l’innovation. Chez l’artiste, le passé croise le présent pour une virtuosité qui libère l’âme de la matière.

Les techniques

Les rêveries d’Aurélie Bidermann nous emmènent à travers le monde et le temps, des temples mayas au Middle West, de l’Antiquité aux seventies. Autant d’histoires singulières qui exigent des techniques sophistiquées ou ancestrales : ronde bosse, émail et cabochons médiévaux, tressage. Le métal précieux est martelé, estampé, gravé, ciselé avec une maîtrise exceptionnelle. Les matières organiques, plumes ou feuilles, trempées dans l’or fin, se couvrent d’une peau dorée ; les bijoux s’épanouissent telles des sculptures. Sans oublier l’ingénieux fermoir en forme de trombone, signature de la maison.

Métissage de la matière

savoir faire savoir faire

L’or, le mythique, objet de toutes les convoitises, reste le matériau de prédilection d’Aurélie Bidermann. Ses créations en révèlent la beauté solaire, incorruptible. Associé à l’argent et au cuivre, il joue aussi en soliste, serpente autour des poignets et s’enroule en des bagues scintillantes. Découpé en lamelle ou en pépites irrégulières en souvenir de sa forme brute, il rayonne sur les peaux nues dans la plus pure tradition de la joaillerie française. Diplômée en gemmologie, Aurélie Bidermann sait le marier comme personne à l’éclat des pierres, précieuses ou fines, dont elle connaît les subtilités de textures et de couleur. Polis pour un rendu caressant, le jade, le turquoise, l’améthyste, le quartz rose ou la malachite métamorphosent nos bijoux en carnets de voyage. La laque de Chine et la nacre, sortie tout droit de sa coquille, dévoilent leur beauté dépaysante. Le talent d’Aurélie Bidermannn est l’art du métissage. Les matières traditionnelles – métaux et alliages précieux, gemmes – côtoient la soie et les tissus imprimés ; l’organique – plume et feuille – le minéral ; le luxe de l’or la simplicité du jean. Tressés ensemble, le coton et l’argent, soudain doté d’une souplesse exceptionnelle dans le bracelet Do Brasil, s’entremêlent. Occident et orient, passé et présent, souple et rigide se rencontrent pour une hybridation joyeuse des cultures et des matières. Une beauté rare.

Aurélie Bidermann sur Instagram